Achat immobilier : découvrez les 4 points clés pour bien négocier

Comment bien négocier ?

Comment bien négocier ?

Le plus souvent, une bonne affaire ne se trouve pas : elle se créée ! Pour cela, pas de secret, il faut bien négocier !

Même si, je vous l’accorde, cela serait bien pratique, une bonne affaire est rarement disponible en tant que telle directement sur Le Bon Coin.  C'est le fait de bien négocier qui pourra vous amener à transformer une offre initialement correcte en une excellente affaire.

On dit d’ailleurs très souvent que la réussite d'une opération se fait à l'achat. Et, le plus souvent, grâce à une bonne négociation.

Cet article sur comment bien négocier s’adresse à tous : acquéreur de sa résidence principale comme investisseurs.

Néanmoins, l’aspect rentabilité est bien évidemment encore plus important pour cette deuxième catégorie de lecteurs. Pour autant, rien ne vous empêche de vouloir faire une bonne affaire aussi lors de l’acquisition de votre résidence principale ! 😉

 

Avant d’arriver à l’étape de la négociation

Lorsque vous arriverez à l’étape de la négociation, vous aurez Avant dbesoin d’arguments pour justifier votre proposition auprès du vendeur.

Par conséquent, dès votre arrivée sur les lieux de la visite, soyez attentifs à tous les éléments qui pourront vous servir ultérieurement pour bien négocier. Par exemple, repérez les éventuels travaux déjà visibles qui seront à réaliser tôt ou tard dans la copropriété (ravalement de façade, parties communes défraichies, boîtes aux lettres abîmées…).

Une fois dans le bien à visiter, identifiez tous les travaux à réaliser. Notamment les gros postes de dépenses comme l'électricité, la plomberie, une cuisine ou une salle de bain à refaire, une toiture à reprendre… Le coût de ce type de travaux étant généralement important, vous devrez impérativement négocier le prix en conséquence.

Faites attention aux fenêtres et vérifier s’il s’agit déjà de double vitrage ou non.

De manière générale, repérez tous les défauts (petits et grands) du bien afin de disposer d’éléments de négociation lorsque vous serez dans cette phase.

 

Connaître les raisons de la vente et la situation du vendeur

Posez des questions sur les raisons qui amènent le vendeur à vendre son bien. Cela vous donnera potentiellement des éléments pour savoir si le vendeur est pressé et bien négocier. Cela vous permettra d’identifier ce qu’on appelle généralement un “bon vendeur”.

Connaître les raisons de la vente et la situation du vendeurPlusieurs types de situation du vendeur peuvent vous êtes favorables et notamment :

  • les successions
  • les divorces
  • les vendeurs qui ont un prêt relais qui court

Toutes ces situations sont des situations dans lesquelles les vendeurs sont généralement pressés de vendre. Il s'agit donc potentiellement de bonnes opportunités si vous savez en tirer profit.

Il est souvent utile de savoir depuis quand le vendeur possède ce bien. En effet, la marge de négociation est souvent plus importante lorsque le vendeur a terminé de rembourser son crédit.

Profitez de l’une de vos visites pour interroger l'agent immobilier ou le vendeur afin de savoir si des offres ont déjà été faites et, si oui, à quels prix. Cela vous permettra d’éventuellement savoir à quel prix votre offre à toutes les chances d'être refusée.

 

Ne pas dénigrer et rester positif

Ne pas dénigrer et rester positif

Restez toujours positif vis à vis du vendeur ou de l’agent immobilier. Ce n'est pas en dénigrant le bien en vente que vous attirerez de la sympathie et que vous créerez une relation propice à une bonne négociation. Vous risqueriez plutôt de braquer votre interlocuteur.

La méthode douce et positive est plutôt recommandée. 😉 Il est important d’utiliser des formules du type : « Votre bien me plait beaucoup. Il a été fait avec goût cela se voit. Certes, il y a des travaux…mais j'aimerais vraiment pouvoir l'acquérir. Par contre, il ne correspond pas tout à fait à mon budget ».

A partir de là, vous pouvez enchaîner sur la négociation en indiquant par exemple « pour autant, peut-être que nous pourrions trouver un terrain d'entente… »

 

Oser faire des propositions inférieures au prix

Oser faire des propositions inférieures au prixOsez proposer un prix TRES inférieur au prix demandé. Aussi inconfortable que cela puisse être au départ, vous n'avez rien à perdre. Vous devez vous détacher émotionnellement du bien. Votre but est d'être rentable (surtout pour vous investisseurs), pas de faire une mauvaise affaire. Il faut savoir définir vos limites avant de débuter la négociation et ne pas y déroger pour vous garantir un investissement rentable.

Proposer un prix très inférieur c’est bien, mais, encore faut-il être en mesure d’amener correctement le vendeur à l’accepter. C’est tout l’art de la négociation. Vous ne pouvez pas diviser simplement le prix par deux et ne rien avoir à faire valoir en face. Sinon vous braquerez le vendeur et la vente risque de vous échapper.

Pour pouvoir bâtir une relation avec le vendeur / l'agent immobilier, vous devez expliquer ce qui vous amène à proposer un tel prix. Ce sont tous les éléments repérés précédemment (travaux, localisation, Rdc…) qui vous  aideront à bien négocier.

Quelques dernières astuces pour terminer

  • Libre à la vente ou occupé : le bien est-il vendu libre ? Si le marché n'est pas trop tendu dans la ville où vous envisagez d'investir, il est assez courant de pouvoir disposer d'une décote du bien de l'ordre de 15 à 20% sur le prix de vente si le bien est vendu occupé. C’est normal vous ne pouvez pas en jouir immédiatement.
  • Si vous pouvez vous permettre de ne pas mettre de clause suspensive d’obtention de crédit dans l’avant contrat, vous pouvez également mettre cela dans la balance.

 

Conclusion

Vous l’avez vu (ou plutôt lu), rien de bien complexe en soi. Beaucoup de bon sens en réalité. Si vous êtes attentif pendant la visite, méthodique et amenez correctement vos arguments lors de la phase de négociation, il n’y a aucune raison que vous ne parveniez pas à faire baisser le prix pour transformer des affaires correctes en excellentes affaires. Maintenant, à vous de bien négocier !

Afin de garder trace de ces conseils de manière pratique, entrez votre mail ci-dessous et recevez le lien pour télécharger le mémo “Bien négocier” qui vous permettra de disposer de la check-list des points à vérifier et des questions à poser.

————————

Si vous n'êtes pas déjà inscrit à la newsletter pour être informé des prochains articles :
cliquez ici pour vous inscrire.

Si vous avez appréciez cet article, aidez moi à faire connaître ce blog. Pour cela, cliquez sur le bouton 'Partager' ci-dessous. N'hésitez pas à partager cet article à ceux à qui vous pensez qu'il pourrait être utile.

Si vous avez des questions, postez les en commentaires ci-dessous ou sur la page Facebook afin que je puisse vous répondre.

A très bientôt.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.