A quelle période acheter ou vendre en immobilier ?

Aidez moi à faire connaître ce blog !

Y-a-t-il une saison privilégiée pour acquérir un bien immobilier ? Est-il préférable d’acheter son logement au printemps, en été, à l’autonome ou bien en hiver ?

Des transactions immobilières sont réalisées tout au long de l’année. Pour autant, comme dans de nombreux secteurs, on observe une certaine saisonnalité du marché immobilier.

Alors que l’automne et l’hiver sont souvent plus propices à une acquisition, l’été est plus recommandé pour vendre son appartement ou sa maison.

Voyons pourquoi et étudions cela de plus près ci-dessous.

Mars - Juin : la haute saison du marché immobilier

Mars – Juin : la haute saison du marché immobilier

La période s’échelonnant d’avril à Juin est celle où l’on trouve le plus grand nombre de biens à vendre. C’est également l’époque de l’année à laquelle la concurrence entre les acquéreurs potentiels est la plus rude.

Beaucoup de foyers cherchent un nouveau logement dans la perspective d’un déménagement au mois de Septembre.

Comme dans tous les domaines, la haute saison est propice à une augmentation des prix ! Ainsi, si vous êtes vendeur, vous devriez parvenir à vendre à un meilleur prix durant cette période.

A l’inverse, si vous êtes acquéreur, vous aurez certes un plus grand choix de biens immobiliers, en revanche, il vous faudra mettre la main au porte-monnaie plus qu’à certaines autres périodes. De plus, les biens risquent de partir relativement vite suivant les régions.

Juillet-Août : une période plus calme

Durant la période estivale, la ferveur du marché immobilier a tendance à retomber comparativement aux mois précédents.

Acheteurs comme vendeurs se font un peu plus rares. Une partie d’entre eux est plutôt préoccupée par les vacances que par la vente ou l’achat de biens immobiliers.

De ce fait, les biens qui subsistent à la vente bénéficient d’une légère décote.

Cette période peut donc constituer une opportunité pour un acquéreur potentiel. Ce ralentissement d’activité permet de plus facilement négocier puisqu’il y a moins d’acheteurs.

Bien sûr, en réalisant un achat à cette période de l’année, il ne faudra pas espérer emménager au mois de Septembre.

L’EXCEPTION qui confirme la règle

Evidemment, si le bien se situe en zone très touristique, les choses peuvent être assez différentes. Parmi les nombreux touristes, certains sont susceptibles d’avoir un coup de coeur pour la région et chercher à acheter. Les locaux le savent bien et les prix sont donc généralement plus élevés à cette période dans ces régions.

Septembre – Novembre : la moyenne saison

Au retour des congés d’été, l’activité immobilière reprend assez fortement. Les données chiffrées de ces dernières années le montrent clairement. Le mois de Septembre constitue notamment un plus haut chaque année (voir plus bas).

En revanche, le volume de ventes redescend très sensiblement sur les mois d’Octobre et Novembre. Durant ces 2 mois, la concurrence est plus réduite et la pression est moins forte sur les potentiels acquéreurs.

Décembre – Février : la saison creuse

Les fraiches températures de ce moment de l’année ont tendance à refroidir aussi l’activité immobilière. Le nombre de transactions réalisées durant cette période représente 21,7% du total annuel.

Il s’agit de la saison la plus creuse de l’année dans l’immobilier Entre les rush de fin d’années dans les entreprises, les fêtes et les vacances de février, la plupart des acheteurs potentiels ont d’autres préoccupations.

C’est donc un bon moment pour vous lancer et trouver le logement idéal à meilleur prix tout en vous imaginant le cadre embelli, une fois le printemps arrivé.

Que révèlent vraiment les chiffres ?

Tout ce qui précède est souvent le fruit d’un ressenti.

Afin de vérifier cela dans les faits, je me suis amusé à calculer le pourcentage de transactions réalisées chaque mois entre 2015 et 2019 (j’ai exclu 2020 qui est une année atypique du fait de la pandémie).

Pour cela j’ai utilisé les valeurs foncières communiquées par le ministère de l’économie. J’ai considéré que le délai de vente moyen était de 3 mois afin de déterminer quand les ventes avaient fait l’objet d’un compromis ou d’une promesse de vente. C’est donc cette date supposée de compromis que je fais apparaître dans les graphes ci-dessous.

Pourcentage global de transactions  mensuelles

On observe que le mois comportant le moins de vente est Novembre avec 6,9% des transactions annuelles. A l’inverse Avril est le mois où sont réalisés le plus grand nombre de ventes (11,6%).

Des différences d’un mois à l’autre apparaissent clairement. Néanmoins, je m’attendais à une plus grande disparité d’un mois à l’autre. Il y a bien des différences de quelques points chaque mois mais le nombre de transactions reste globalement assez lissé sur l’ensemble de l’année.

Vu qu’il y a moins de demandes certains mois de l’année mais que le volume de ventes reste globalement stable, cela conforte le fait que la concurrence est moins rude sur ces périodes. La négociation a vraisemblablement plus de chance de porter ses fruits.

Bien que situé dans la période dite “haute saison”, le mois de Mai apparaît comme un mois avec moins de transactions que le reste de l’année. Les ponts et jours fériés en France n’y sont sans doute pas étrangers.

Enfin, si on distingue les ventes d’appartements et de maisons, on observe quelques légères différences. Une plus grande proportion d’appartements semble se vendre au mois de Septembre par exemple.

Pourcentage de transactions  mensuelles des appartements et des maisons

Conclusion

En tant qu’acquéreur potentiel, la période qui semble la plus propice est celle s’échelonnant d’Octobre à Mars. A cette époque de l’année, les acquéreurs se font un peu plus rares. La négociation en est facilitée et un temps de réflexion un peu plus long est permis.

A l’inverse, en tant que vendeur, pour obtenir le meilleur prix de votre bien et vendre rapidement, vous avez tout intérêt à le proposer à la vente entre Mars et Juin.

Bien sûr, tout cela ne donne que de grandes tendances de fond au niveau national. Localement, certains marchés immobiliers dépendent de facteurs susceptibles d’influencer fortement les périodes d’activité immobilières et donc l’offre et la demande (exemple : les régions de sports d’hiver).


Autres articles pouvant vous intéresser



Alex de Discutons-Immo.fr

Alex, passionné par l’immobilier. Je partage sur ce blog les informations qui me semblent pertinentes et qui sont le fruit de mes propres interrogations, recherches et découvertes. En perpétuel apprentissage dans ce domaine, mon but est de démystifier le processus d’achat immobilier auprès du plus grand nombre.

Me contacter



Aidez moi à faire connaître ce blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.