Le séquestre dans un compromis de vente : quelle utilité ?

Le séquestre dans un compromis ou une promesse de vente constitue un dépôt de garantie.

Un séquestre, pourquoi faire ?

Il permet généralement :

  • que les parties se sentent davantage liées (à travers un début d’exécution du contrat via ce versement)
  • de vérifier que l’acquéreur est bien solvable. Il est d’usage de supposer qu’un acquéreur qui ne serait pas en mesure de mobiliser 5 à 10% du prix, ne disposera, a priori, pas d’un apport personnel suffisant pour obtenir un financement bancaire. Ceci est partiellement vrai puisqu’il est tout à fait possible de se faire financer la totalité par un établissement bancaire et donc sans mettre aucun apport (financement à 110%). C’est d’ailleurs assez souvent le cas pour les investisseurs avertis dans le locatif.
  • de provisionner une clause pénale pour le cas où l’acquéreur ne respecterait pas ses engagements. Ainsi, une clause de récupération du montant du séquestre par le vendeur est inscrite dans le cas où l’acquéreur ne voudrait finalement pas signer l’acte de vente définitif alors que toutes les conditions suspensives ont été levées.
Séquestre - dépôt de garantie compromis

Un séquestre est-il obligatoire ?

Le versement d’un séquestre ne constitue qu’un usage et non une obligation légale. Il s’agit simplement d’un accord entre les parties. Il est tout à fait possible de négocier de ne pas en verser ou bien d’en négocier son montant.

Le séquestre constitue-il obligatoirement un apport ?

Si un séquestre est versé mais que vous ne souhaitez pas qu’il constitue un apport dans le financement du bien acquis, il faut s’assurer dans le compromis de vente qu’il est bien fait mention de l’absence d’apport personnel. Ainsi, lors de la vente, le notaire appellera l’ensemble du financement auprès de l’établissement bancaire prêteur et l’agence (ou le notaire) vous restituera le montant du séquestre.

Cas particuliers

  • Promesse de vente longue durée
    Si la validité d’une promesse de vente excède 18 mois, une indemnité d’immobilisation d’un montant minimal de 5 % du prix de vente doit être prévue sous peine de nullité de la promesse. Cette somme est déposée entre les mains du notaire.
  • Vente VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement)
    Dans le cadre d’une VEFA, le montant du séquestre est encadré. Son montant est limité à 5 % du prix prévisionnel de vente si le délai de réalisation de la vente est inférieur à un an et à 2% si le délai de réalisation est compris entre un an et deux ans. Le séquestre est versé sur un compte séquestre (au nom de l’acquéreur chez un notaire ou dans une banque). Ces fonds restent bloqués jusqu’à la signature du contrat de vente notarié.

Pour approfondir


Alex de Discutons-Immo.fr
Alex

Si vous avez apprécié cet article, aidez-moi à faire connaître ce blog. Partagez cet article à tous ceux à qui il pourrait être utile en cliquant sur le bouton “Partager” en bas de cette page.

Merci et à très bientôt. Alex


Restez informé !
Inscrivez-vous à la newsletter en cliquant sur ce lien
ou sur le bouton ci-dessous.
Vous serez immédiatement informé lorsque je publie une nouvelle astuce ou un nouvel article sur ce blog. Rappelez vous, en immobilier, chaque astuce vaut souvent des centaines voire des milliers d’euros 😉


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.