Peut-on se rétracter d’un achat immobilier ?

Lors de l’acquisition d’un bien immobilier, il peut arriver de se dire qu’on a commis une erreur peu de temps après avoir signé. Dans un tel cas, est-il possible de se rétracter ? Si oui, quel est le délai de rétractation ? Est-ce possible sans pénalités financières ? Voyons cela dans cet article

Qui bénéficie d’un droit de rétractation ?

Qui peut bénéficier d'un droit de rétractation après signature d'un compromis ?

Tout acheteur en qualité de particulier qui achète un logement peut bénéficier d’un délai de rétractation. Il ne faut donc simplement pas être un professionnel.

Les logements neufs et anciens bénéficient de ce droit.

Ceci est valable quelque soit la manière dont la transaction est réalisée (entre particuliers, via un agent immobilier ou devant notaire).

S’il souhaite renoncer durant le délai de rétractation, l’acheteur n’a aucune justification à donner. Il lui suffit de faire savoir sa volonté de renoncer à l’acquisition (voir plus bas les modalités).

A savoir
– Les acquisitions réalisées par l’intermédiaire d’une SCI ne bénéficient pas d’un tel délai. En effet, une SCI, en tant que société, ne peut pas bénéficier ce ce délai.
– Le vendeur, lui, ne bénéficie d’aucun droit de rétractation. Une fois le compromis signé, le vendeur est engagé vis à vis de l’acheteur.

Quelle est la durée du délai de rétractation ?

Ainsi, que vous ayez signé un compromis ou d’une promesse de vente pour l’achat d’un logement, vous bénéficiez automatiquement d’un délai de rétractation.

A l’écriture de cet article (Septembre 2020), ce délai est de 10 jours (délai SRU). Il a été mis en place par la loi SRU d’août 2015. Avant cette date, le délai de rétractation était de seulement 7 jours.

Quand débute le délai de rétractation ?

Quand débute le délai de rétractation de la loi SRU ?

Après signature par le ou les acquéreurs, l’avant contrat (compromis ou promesse de vente) est envoyé aux acheteurs. Cette notification peut se faire en mains-propres ou par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR).

Ainsi, le délai de rétractation commence à courir le lendemain de la première notification. C’est à dire concrètement :

  • Par courrier : le lendemain de la première présentation de la lettre recommandée par le facteur. Si vous n’étiez pas chez vous lors de cette première présentation, le délai commence tout de même à courir le lendemain.
  • Si remis en mains propres : le lendemain de la remise de l’acte en agence ou chez le notaire

A noter
– Dans le cas d’une lettre recommandée, celle-ci est envoyée par le vendeur ou par le professionnel (notaire, agence immobilière) qui a rédigé l’avant contrat.
– Si le dernier jour du délai de rétractation n’est pas un jour ouvré (samedi, dimanche ou un jour férié), il est prolongé jusqu’au premier jour ouvrable suivant (cf article 642 du code de procédure civil).

comment se rétracter d'une vente immobilière ?

Comment faire valoir son droit de rétractation ?

Si vous souhaitez renoncer à l’achat d’un bien immobilier, vous devez également l’indiquer par lettre recommandée. La lettre doit être envoyée au vendeur ou à son représentant (notaire ou l’agent immobilier) et au plus tard le dernier jour du délai de rétractation.

C’est la date de l’envoi de la lettre qui fait foi et non la date de réception.

Quel délai pour récupérer votre séquestre après rétractation ?

Si vous avez signé l’avant-contrat (compromis ou promesse de vente) chez un professionnel (agence immobilière ou notaire), un séquestre vous a sûrement été demandé. Cette somme ne peut pas être conservée par le vendeur si vous avez renoncé dans le délai de rétractation légal.

Cette somme séquestre devra vous être restituée dans un délai maximum de 21 jours à compter du lendemain de la date de votre rétractation.

Si vous avez conclu l’avant contrat directement avec le vendeur et sans le concours d’un professionnel, aucune somme d’argent n’a pu vous être exigée. Par conséquent, vous ne devriez donc pas avoir à récupérer quoi que ce soit.

Si cet article vous a été utile, entrez votre adresse email ci-dessous pour être informé des prochains articles.

Astuce !
Il est également possible de profiter de ce délai dans le cas où vous achetez un local commercial pour en faire une habitation (Voir l’article “Acheter un local pour en faire une habitation : quel délai de rétractation ?“)

Pour approfondir / Articles en rapport

 
Alex de Discutons-Immo.fr


Alex, passionné par l’immobilier. Je partage sur ce blog les informations qui me semblent pertinentes et qui sont le fruit de mes propres interrogations, recherches et découvertes. En perpétuel apprentissage dans ce domaine, mon but est de démystifier le processus d’achat immobilier auprès du plus grand nombre.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 16 juillet 2019

    […] Le fait que votre offrait ait été acceptée vous oblige normalement à poursuivre le processus d’achat. Néanmoins, même si le vendeur ou l’agent immobilier vous y forçait, vous pourriez toujours user de votre droit de rétractation de 10 jours après la signature de l’avant contrat (compromis ou promesse de vente). [Lire l’article “Achat immobilier : quel délai de rétractation ?“] […]

  2. 19 février 2020

    […] Certains délais incompressibles sont également imposés par la loi afin de protéger l’acquéreur. Par exemple, l’acheteur dispose d’un délai de rétractation de 10 jours après signature de l’avant-contrat. A noter que ceci n’est vrai que si l’acquéreur est un particulier qui achète un bien destiné à l’habitation. (Voir l’article “Achat immobilier : quel délai de rétractation ?“) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.